L’or physique et les nouvelles technologies

L’or physique et les nouvelles technologies

Vous n’êtes probablement pas sans savoir que l’or physique est utilisé dans de secteurs outre que celui de la finance et de l’investissement. Ainsi, depuis de nombreuses décennies déjà on a découvert le potentiel de l’or physique lorsqu’utilisé à des fins industrielles et technologiques.

Il équipe déjà la quasi totalité de nos smartphones et circuits imprimés, mais pas que, ses applications sont multiples et l’on ne cesse d’en découvrir de nouvelles qui viendront s’ajouter à celles qui consomment déjà quelques 200 ou 300 tonnes d’or utilisées chaque année dans l’industrie électronique.

Le CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) y a récemment consacré une étude, d’où il ressort qu’une grande partie sera utilisée dans le cadre des nanotechnologies biomédicales. D’une part, l’or physique est parfaitement adapté à la nanotechnologie du fait de la taille de ses nanoparticules (inférieures à 10 nanomètres) ce qui le rend comparable à des métaux tels que le palladium mais il est aussi inoxydable, inerte et conducteur en plus de pouvoir être numérisé. Ses particules peuvent aussi être assemblées afin de créer des ensembles tels que des tubes.

L’or physique dans la médecine

D’ores et déjà utilisé dans des équipements tels que les implants, les pacemakers et les appareils auditifs on lui a découvert une utilisation innovante dans les procédés d’imagerie médicale, les nanoparticules permettraient de rendre opaques certaines zones. Les nanoparticules permettraient également d’isoler des cellules infectées ou infectieuses, ce qui permettrait de lutter contre le développement de cancers ou d’autres maladies. Cette technique est appelée « résonnance Plasmon » et est particulièrement appréciée du fait de la non toxicité des nanoparticules.

Une autre application qui concerne toujours la lutte contre le cancer serait de charger les nanoparticules de molécules nuisibles aux cellules cancéreuses. Les nanoparticules d’or physique convoieraient ces momécules tueuses jusqu’aux zones infectées pour détruire les cellules cancéreuses.

Les applications de l’or physique dans la protection de l’environnement

Outre ses débouchés biomédicaux, l’or physique peut être utilisé dans le cadre d’un autre sujet contemporain : celui de la lutte contre la pollution. C’est ici sa qualité de catalyseur qui est visée et qui peut permettre de filtrer certaines particules nocives ou polluantes, tant dans des masques de protection que sur des sources d’émission (pot d’échappement, cheminées, etc).

Enfin, il est important de rappeler que l’or physique ne doit pas être cantonné à son statut de valeur refuge ou de simple relique barbare tout juste bon à se constituer un patrimoine en bon père de famille. Si ces innovations se poursuivent, qui sait ce que vaudra une pièce d’investissement ou un lingot dans une dizaine ou une quinzaine d’années ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *